À l’occasion d’une conférence de presse mettant en exergue les différents aspects liés à ce méga projet, Mohamed Rabie Khlie, a souligné que ce projet intégré du train à grande vitesse AL BORAQ (200 km à voie double) a constitué la première étape du schéma directeur de développement planifié, à moyen et long terme, avec l’objectif de répondre à l’évolution de la mobilité au Maroc. Il s’inscrit dans les transformations majeures du réseau ferré national, en vue de faire face à la demande croissante de la mobilité des personnes sur l’axe concerné et d’offrir de la capacité pour satisfaire convenablement la demande Fret et Logistique générée notamment par le port de Tanger Med.

Au-delà de la réalisation d’un projet présentant de véritables défis d’ordre humain, technique, technologique, environnemental, social, foncier et logistique, AL BORAQ est bien plus qu’un Train. Depuis sa conception jusqu’à son exploitation, il s’est traduit par des effets d’entrainements aux multiples facettes :

  • AL BORAQ a contribué considérablement à la dynamique socio-économique et à la création de valeur, en plus de l’initiation d’un écosystème ferroviaire. Ceci est de nature à promouvoir l’attractivité de notre pays et à son rayonnement au niveau du continent africain.
  • AL BORAQ est le symbole d’une nouvelle ère de la mobilité des personnes. Ce sont des trajets désormais raccourcis grâce à des temps de parcours divisés par 2 voire par 3 et à une offre journalière étoffée démarrant avec 26 trains aller/retour. C’est un nouveau concept de voyage qui est mis en œuvre, repensé de manière à offrir des services innovants adaptés au saut qualitatif de la Grande Vitesse.
  • AL BORAQ a constitué une opportunité pour le développement des compétences nationales : à nouvelles technologies, nouvelles compétences. C’est l’objet de la création à Rabat de l’Institut de Formation Ferroviaire (IFF) au profit des cheminots du Maroc, des cheminots de la France et d’autres pays de la région. Ce partenariat réussi a également concerné le volet industriel, à travers la création d’une joint-venture pour la maintenance des Trains à Grande Vitesse, capitalisant sur l’expertise SNCF et la montée progressive en compétence des cheminots.
  • AL BORAQ a présenté une occasion idoine pour opérer une mutation du secteur ferroviaire marocain, portant notamment sur les volets technologique, managerial mais aussi sur les métiers et la nature des services offerts.

Ce projet majeur a été conçu et conduit de la manière la plus optimale possible. Il s’est basé sur un modèle économique viable reposant sur un montage financier adéquat, une frugalité de l’investissement résultant de l’implication des entreprises locales, une tarification optimisée ainsi que des coûts d’exploitation rationnalisés, faisant d’AL BORAQ un train à grande vitesse parmi les plus compétitifs au niveau mondial.